Passeurs de Dhrupad

Entre l’Inde et la France …

Ashish SARWATE et Marie-Line AUBRY suivent depuis de nombreuses années l’enseignement traditionnel du Dhrupad, à Bombay au coeur de la Chembur Gharana, “école Dhrupad” incarnée par les frères Ustad Zia Mohiuddin DAGAR et Ustad Zia Fariduddin DAGAR, et dont le plus ancien dépositaire est aujourd’hui Pandit Pushpraj KOSHTI, le maître invité par l’association.

Animés par la passion profonde de cet art du Dhrupad et par le choix d’embrasser cette voie sans compromis, Ashish et Marie-Line tentent de faire découvrir sur le territoire français, plus particulièrement à Besançon et dans le Doubs, cette musique ancienne, en proposant des ateliers, des stages, des cours, des concerts. Tous deux disciples de Pandit Pushpraj KOSHTI, ils assurent la “passerelle” entre les deux pays, et participent activement à la préparation des événements artistiques et culturels lors de la venue du Maître en France.

Ashish SARWATE

Ashish SARWATE, guitariste de rock à l’origine, subit un choc la première fois qu’il assiste à un concert de Dhrupad.  C’est Ustad Mohi Baha’ud-din DAGAR, grand maître de la Rudra Veena, qu’il découvre alors. Fasciné par la liberté de l’expression artistique et la beauté du système des Raags, il décide de se dédier à l’étude de cet art et se rend à Palaspe, en banlieue de Bombay, où il commencera son apprentissage sous la guidance de Ustad Zia Fariduddin DAGAR en 2002. Pendant 12 ans, étudiant cet art dans la pure tradition orale, il réalise que le Dhrupad est plus qu’un art, c’est un mode de vie. Après la disparition du maître DAGAR, Ashish poursuit son apprentissage auprès d’un autre maître : Pandit Pushpraj KOSHTI. Ne souhaitant pas laisser sa guitare pour choisir un instrument indien plus traditionnel, il construit avec l’aide d’un luthier établi dans le sud de l’Inde, un instrument hybride, qui reprend les caractéristiques d’une guitare acoustique mais qui s’enrichit d’apports typiquement « musique indienne » : des cordes-bourdon, un manche creusé, une caisse de résonance plus large.

Extrait d’Alaap, raag Malkauns, à la guitare « enrichie » :

 

Marie-Line Aubry suit l’enseignement de Pandit Pushpraj KOSHTI depuis 2013. Violoniste au départ, elle applique l’apprentissage du genre Dhrupad à son instrument aussi bien qu’à la voix. C’est la recherche d’une cohérence entre la pensée musicale et la production sonore qui la conduit à utiliser les deux supports, voix et instrument, pour trouver une expression la plus unifiée possible, et qui soit avant tout guidée par la mise en mouvement, en sensation, en vibration, du corps.